Vous êtes ici : Accueil > Ignace aujourd’hui... > La Spiritualité Ignatienne > 3e étape : Relire le vécu pour y lire Dieu

3e étape : Relire le vécu pour y lire Dieu

Dans notre monde sécularisé, Dieu n’est pas évident ! Si souvent, dans nos milieux de vie, nous avons le sentiment de l’absence pure et simple de Dieu, voire de son étrangeté. Les questions à résoudre sont tellement hors du champ de la foi que nous ne savons comment faire le lien : « Où est-Il ton Dieu ? » questionne le psaume
Et pourtant, au regard de la foi, c’est bien le monde lui-même qui est l’espace où Dieu continue de se donner, de s’incarner comme il y a 2000 ans en Palestine. Et c’est en partant de cette foi en l’Incarnation, qu’Ignace ose nous proposer de « chercher et trouver Dieu en toutes choses ». Car, tout peut servir de médiation à Dieu pour se révéler à nous, nous parler, et nous aimer dans notre réel quotidien.
Alors, comment discerner la présence de Dieu, Dieu lui-même, là où Il paraît absent, dans nos milieux de vie et pas seulement dans certains lieux, temps ou relations privilégiés ?

Dans la Bible, c’est souvent par leur relecture que nos ancêtres dans la foi reconnaissent la présence de Dieu dans leur vie : quelques exemples :
- Moïse : Ex 36, v.23 : il consent à voir Dieu de dos, après son passage.

  • Jacob : Gn 28,v.16 : « Dieu était là et je ne le savais pas » : ses yeux s’ouvrent, après.
  • Gn 32,v. 23-30 : Jacob encore et son combat de nuit avec un inconnu, dont il se découvre blessé et béni, après coup.
  • Elie : 1er R 19,v.11-13 : il reconnaît « Dieu dans le murmure d’un fin silence ».
  • Marie elle-même, retenait tout dans son cœur pour le méditer et s’en nourrir.

De ces exemples, nous voyons que le croyant fait l’expérience de Dieu, après coup, et de Dieu non tel qu’Il est en lui-même, dans son Mystère, mais tel qu’Il se donne à lui et tel qu’Il se révèle à l’oeuvre dans le monde. Dieu est toujours « Dieu- avec- nous », « Dieu- vers- nous », dans une infinie prévenance d’amour, même si nous ne la ressentons pas. La relecture nous aide à être à ce rendez vous d’amour.

Relire pour « chercher et trouver Dieu »dans notre vécu : comment faire ?
- Nous avons pris le temps d’entrer dans notre cœur profond et en « action de grâce ».
(cf articles précédents).En effet, seul l’Esprit nous permet d’approcher la profondeur cachée, divine de notre vécu et de « voir Dieu » là où Il n’est pas visible a priori. Un peu comme les infra rouges nous révèlent la face cachée, insoupçonnable de paysages familiers que la seule lumière du jour ne nous montre pas.
« Par TA Lumière, nous voyons la LUMIERE » nous dit le Ps 35, v.10.

- Pour relire, il y a plusieurs portes d’entrée :
* Nous pouvons faire repasser dans notre mémoire le film de la journée et le regarder comme une page d’évangile, y cherchant la trace du Ressuscité, compagnon invisible de notre route : (cf Luc 24).Il peut y avoir des moments qui nous attirent d’emblée ; souvent, c’est surprenant, inattendu ; parfois des choses infimes : un visage, une parole, un sourire, rendent notre cœur tout brûlant .
D’autres choses deviennent « signes » pour une question que nous portons.
Enfin, nous pouvons faire un « arrêt sur image », là où des faits forts nous interpellent : comment le Seigneur y est présent et nous parle ? Et comment nous avons réagi ?

* Il est possible aussi de nous demander : qu’est ce qui nous habitait durant ce jour ? quels mouvements intérieurs nous traversaient et pourquoi : tristesse, inquiétude ? ou confiance, joie, paix ? Nous pouvons nous arrêter pour discerner avec le Seigneur vers où nous sommes poussés, à travers cela.

* Et puis, il y a l’écart entre ce que nous avons vécu et ce que nous désirions vivre : l’espace de la défaillance, de la déception de soi et/ou des autres, l’espace du péché aussi. Ignace nous conseille : « demander pardon » : qu’est ce à dire ?
Le chrétien ne croit pas d’abord au péché mais d’abord au pardon, selon notre credo ! et c’est tellement essentiel comme nuance ! car la foi au pardon 1er nous centre sur Dieu, sur cette qualité spéciale de Sa tendresse qui peut prendre en Lui le bon et le moins bon. Alors il est possible de lui confier, humblement, ce qui nous fait souffrir, fut-ce de notre faute, et de consentir qu’Il puisse couvrir de Sa Miséricorde tout ce qui nous habite ! Lui confier même notre peu de foi et notre perplexité.

N’est ce pas cela se convertir, se retourner vers Dieu, pour repartir dans la Paix ?

Textes pour prier :

Dans la Bible, c’est souvent par leur relecture que nos ancêtres dans la foi reconnaissent la présence de Dieu dans leur vie :

• Moïse : Ex 36, v.23 : il consent à voir Dieu de dos, après son passage.

• Jacob : Gn 28,v.16 : « Dieu était là et je ne le savais pas » : ses yeux s’ouvrent, après.

• Gn 32,v. 23-30 : Jacob encore et son combat de nuit avec un inconnu, dont il se découvre blessé et béni, après coup.

• Elie : 1er R 19,v.11-13 : il reconnaît « Dieu dans le murmure d’un fin silence ».

• Marie : Luc 2, v. 19 et 51 : elle-même, retenait tout dans son cœur pour le méditer et s’en nourrir.

Au cours de la prière sur ces textes :

  • Relire ma propre histoire, les événements qui me touchent ; revoir où, comment Dieu me parle, me fait signe à travers eux ?
  • Ou bien relire des événements de ma vie dans lesquels j’ai l’impression que Dieu était là ! des événements qui me disent que Dieu était avec moi !

Relecture de l’ensemble :
Est ce que je sens que mon expérience de Dieu est un peu différente de l’image que
j’avais de Dieu ?

Programme de nos activités

retraites ignatiennes
exercices spiritels